Mon parcours

Après une formation en droit et un diplôme d'économiste des Arts et métiers j'ai effectué une carrière dans le marketing et la communication.
J'ai ensuite fait le choix de réorienter mon activité et je suis devenue psychologue clinicienne. Pour cela j'ai repris un cycle d'études universitaires et obtenu un Master 2 professionnel de Psychologie clinique de l'Université de Bordeaux.

  • Master 1 en psychologie clinique – Psychopathologie et neuropsychologie
  • Master 2 en psychologie clinique – Spécialisation en Psychogérontologie et Santé publique

En outre j'ai suivi la formation de l'Inrs (Institut national de recherche et de sécurité) sur les fondamentaux de la prévention des risques professionnels.

La diversité et la richesse de mes formations, comme de mes expériences professionnelles, me permettent une pratique fondée sur une attitude ouverte et éclectique, s'appuyant sur des connaissances et des méthodes scientifiques.


Ma méthode de travail


Ma formation de base est très orientée en neuropsychologie et psychopathologie mais, comme elle est intégrative, elle ne s'y résume pas. Elle aborde divers courants et théories : psychologie développementale, analytique, psychologie sociale, du travail, prise en charge systémique, thérapies comportementales et cognitives, thérapies des schémas, EMDR et thérapies émotionnelles.


Je me réfère à ces approches théorique variées et j’utilise ces différentes méthodes d'intervention de façon complémentaire en fonction de la situation et de la personne, dans une attitude qui cherche à répondre le plus complètement possible à la demande ou aux besoins.

 

La psychothérapie utilise une relation essentiellement fondée sur un échange verbal, cela n'en implique pas moins l'utilisation de connaissances issues des théories du fonctionnement psychique, des recherches scientifiques et une approche structurée. C'est bien ce qui la distingue d'une simple conversation amicale.


Déontologie

Le psychologue se soumet au respect du code de déontologie adopté le 25 mars 1996 par les grandes organisations associatives et syndicales de psychologues et révisé en 2012.
Le code dispose que « le respect de la personne dans sa dimension psychique est un droit inaliénable. Sa reconnaissance fonde l'action des psychologues ».